Style occidental: une nouvelle expérience pour l’Ukraine

novembre 30, 2020 Non Par Carole


L’Occident est une discipline qui commence à peine à se développer en Ukraine. Et bien qu’il n’y ait pas autant de vrais admirateurs et praticiens de cette culture, le niveau d’intérêt pour les occidentaux ne cesse de croître.

25-26 août au club équestre « Alvin Stable » avec. Musiyki a accueilli le deuxième séminaire en Ukraine sur le travail avec un cheval dans la direction occidentale. Représentant du western polonais, entraîneur Alexandre Yarmula, pendant deux jours a inspiré les participants à découvrir une nouvelle culture du travail et de la communication avec le cheval.

Une photo: Maria Lonyuk

Western, comme les classiques, tous se compose de parties… Les petits détails ne doivent pas être négligés si vous vous efforcez d’atteindre la perfection. C’est sur les détails qu’Alex s’est concentré pendant le séminaire.

Tous les participants étaient de niveaux différents, ils sont venus au séminaire avec buts différents, différents chevaux, et certains d’entre eux se sont familiarisés avec le western pour la première fois.

Tout d’abord, l’entraîneur regardant le cheval… Comment elle se comporte à côté d’une personne, à quel point elle est attentive, réceptive, détendue. ensuite regarda un homme et a aidé le couple à trouver la clé pour résoudre le problème.

Comme dans toute formation, il n’était pas toujours possible de travailler immédiatement sur la tâche que le cavalier venait à résoudre. Quelqu’un avait besoin plus de travail préliminaire en cours, pour quelqu’un – pour corriger le comportement indésirable du cheval, et pour quelqu’un simplement apprends à respirer

Une photo: Maria Lonyuk

Alex a rappelé ces nuances importantes et vitales qui ne peuvent être ignorées lorsque l’on travaille avec un cheval. Exemples: il y avait une cavalière timide qui voulait se débarrasser de l’insécuritéMais elle ne pouvait même pas s’asseoir sur son cheval, marchait après elle avec une chaise, et le cheval a tourné et enlevé ses fesses, malgré le fait que la deuxième personne la tenait

Puis le même cheval a essayé de passer par Alex. En conséquence, il n’y a pas eu de travail en selle jusqu’à ce que l’entraîneur corrige le comportement du cheval au sol. Et alors seulement, la cavalière s’assit. D’après ce que nous avons particulièrement retenu et ce que nous voudrions souligner – nous expirons pour que le cheval expire.

Si le cheval renifle, il se sent bien. S’il n’y a pas de travaux au sol, il n’y a pas de travaux sous le cheval.

Chaque séance d’entraînement – 1% d’amélioration. 100 entraînements de 1% = cheval de qualité.

Il y avait un andalou qui travaillait très bien à la fois dans les mains et sous la selle, mais c’était travail Travail travail, le cavalier le tenait avec ses mains et le cheval ne se permettait pas de se détendre. Alex s’est assis et, à une occasion libre, a poussé l’Espagnol à part, le poussant à s’amuser. Une demi-heure plus tard, le cheval a couru avec beaucoup gros impulsion et écouté le toucher doux du licol.

Il y avait beaucoup de travail sur contre-galop, comme préparation au changement. Tout le monde a besoin d’un changement, mais beaucoup ont du mal à leur apprendre un cheval, c’est pourquoi la concentration maximale parmi les participants et les spectateurs a régné dans l’arène.

Menki a démontré sur deux chevaux – un jeune et un peu paresseux Ricci, et sur le quartier sortant de Pippi. Le cheval a été élevé dans un contre-galop et l’a fait sur une boussole (volt, dans les mots d’un classique), en diminuant sa taille jusqu’à ce que le cheval devienne inconfortable et change de pattes. Dès que le cheval a changé de jambe, il a été autorisé à faire quelques pas et a été félicité.

De plus, Alex a répondu à toutes les questions des participants et des spectateurs, en démontrant tout à la fois sur le cheval non avancé et sur le cheval avancé. Cheval avancé il y avait un étalon quart-de-cheval nommé Peppy.

Tout connaisseur occidental, voyant un tel cheval, dira avec confiance que c’est un vrai partenaire. Une sélection de haute qualité et un entraînement compétent font des Quarters les meilleurs chevaux pour les amateurs et les athlètes.

Un bon quart est un combattant, un vrai cheval de guerre, qui est dans le feu et dans l’eau.

Vous direz que cela semble un peu trop irréaliste, qu’il n’y a pas de chevaux parfaits. Il n’y en a peut-être pas d’idéaux. Mais les trimestres sont aussi proches que possible de cela. Peppy est un étalon, donc pendant les premières minutes, il a été distrait, nous regardant, le public, avec intérêt, et regardant par la porte. Il s’intéressait au monde qui l’entourait, mais en même temps se tenait exactement là où il était placé et ne pensait même pas à faire un pas sur le côté.

Avant de monter en selle, Alex a focalisé l’étalon sur lui-même, du sol lui demandant de faire une légère descente, puis a vérifié si Pappy cédait à la pression par flexion verticale.

Dès qu’Alex a montré à Peppy qu’il devrait être avec lui, quart tous rassemblés, concentré et n’était plus distrait. Ce sont précisément ces détails que de nombreux coureurs négligent dans leur précipitation pour se mettre en selle.

Le tandem Alex et Pappi nous a montré ce à quoi tous les cavaliers doivent tendre, quel que soit leur style de conduite ou leur discipline sportive: bouger en harmonie avec le cheval et s’amuser. Il semblerait que ce soit si simple! Pas vraiment.

Alex a appelé la relaxation l’une des leçons les plus importantes et les plus difficiles pour un cavalier. Il a dit:

Vous pensez que vous êtes détendu. Lorsque vous êtes vraiment détendu, le cheval vous en parlera.

Une photo: Maria Lonyuk

Alex a constamment insisté sur l’importance de corriger toutes les petites choses indésirables. Et sur le fait que presque tous les problèmes de travail sous la selle proviennent d’un travail insuffisant dans les mains. Tant dans les classiques que dans le western.

Le cheval doit respecter la personne, lui faire confiance et vouloir être avec elle. Ces relations se construisent sur le terrain. Mais comment exactement – chacun décide pour lui-même et son cheval. Différentes écoles, méthodes d’entraînement légèrement différentes, mais un bon cheval, c’est bien partout, si une personne est prête à travailler sur elle-même et à apprendre, et que le cheval est prêt à coopérer de son plein gré, et non par peur du châtiment.

Alex est un entraîneur compétent qui trouve un terrain d’entente avec tous les chevaux et leurs cavaliers. Son séminaire était intéressant à la fois pour les amateurs de disciplines classiques et pour les fans de westerns. La prochaine fois que vous verrez l’annonce de l’arrivée d’Alex, prenez le temps d’assister à son séminaire.

Quel que soit votre niveau avec votre cheval, Alex vous aidera à vous améliorer et à apprécier le travail de votre équipe. Et le club équestre qui accueille le séminaire invite chacun à se détendre et à profiter de l’événement et de la communication.

Une photo: Maria Lonyuk

Nous n’avons pas regretté un instant d’y être allés, même si nous travaillons avec des chevaux occidentaux depuis plusieurs années. La base n’est jamais superflue et un bon cavalier apprend toujours. Les organisateurs ont tout fait pour que l’étude soit confortable et que nous ayons envie de revenir.

Du premier pas dans le territoire stable aux adieux chaleureux, c’était positif, convivial, comme à la maison, à la fois instructif et très riche. Et c’était aussi un vrai fan, des rencontres agréables et de nouvelles connaissances. C’est tout le western. Il n’y a pas de place pour le snobisme et l’ennui.

La culture occidentale est bien plus que de monter sur une selle de cow-boy. L’Ouest est un style de vie.

Nous tenons à exprimer notre gratitude à Ekaterina Reshnova, Sergey Boyarchukov et « Alvin Stable » pour l’organisation du séminaire, Alexander Yarmula pour ses connaissances, sa patience et sa positivité, la photographe Maria Lonyuk pour l’opportunité de partager un magnifique reportage photo avec vous, ainsi qu’à tous les spectateurs et participants!

Vous pouvez voir plus de photos du séminaire dans le groupe de la photographe Maria Lonyuk: https://www.facebook.com/phmariialoniuk





Source link