Méthode Clinton Anderson: Partie de base 1

décembre 11, 2020 Non Par Carole


Lorsque vous travaillez avec un cheval, vous devez toujours observer plan clair

Vous devez savoir ce que vous faites, pourquoi et, surtout, dans quel ordre.

Lorsque vous travaillez avec la méthode Clinton Anderson, il est important d’observer exercice de routine, parce que chaque leçon précédente aide le cheval à apprendre la suivante plus rapidement et mieux.

Par conséquent, afin de ne pas être confus dans les nombreux matériaux disponibles sur le net, nous allons développer les exercices de la Méthode sur les étagèresafin que chacun puisse trouver quelque chose d’utile pour lui-même et essayer avec son cheval.

Niveau: Fondamentaux (Base)

Travailler sur le terrain

1. Roundpenning / Travail libre dans un tonneau

objectif: Apprenez à votre cheval à avancer, reculer, droite, gauche – dans n’importe quelle direction que vous spécifiez. Vous apprenez au cheval à vous suivre au lieu de le regarder constamment. Vous apprenez au cheval qu’être au centre du tonneau à côté de vous est l’endroit le plus confortable pour lui.

Pourquoi: Le travail du tonneau vous permet de prendre le contrôle des jambes du cheval et le tonneau est l’endroit le plus sûr pour commencer à construire une relation avec le cheval.

En commençant à travailler avec un cheval à partir d’un tonneau, vous pouvez fondement du respectsans être directement connecté au cheval (pas de cordon / corde). Ne pas retenir physiquement votre cheval de quelque manière que ce soit rend votre entraînement plus sûr.

Chaque fois que vous tenez un cheval sur une allée ou une corde, vous devez vous en approcher suffisamment, de sorte que si le cheval heurte, secoue ou montre de l’agressivité, il y a de bonnes chances de se blesser.

Vous pouvez mettre un licol et travailler avec un cordon seulement après quelques exercices gratuitslorsque vous avez déjà pris le contrôle des mouvements du cheval et posé les bases du respect pour vous.

Clinton commence à travailler avec n’importe quel cheval dans un tonneau, quel que soit le type de cheval: un mustang sauvage, un poulain avant la course, un passe-temps gâté ou un cheval vraiment problématique.

Cela aide aussi beaucoup avec les chevaux qui ne sont pas attrapés, ainsi que pour les chevaux paresseux ou traînant.

Le travail du tonneau vous aide à connaître votre cheval avant même de mettre le licol dessus.

En l’observant et en travaillant avec elle, vous comprendrez à quel point le cheval est physiquement préparé, qu’il soit réactif ou flegmatique, vous reconnaîtrez ses faiblesses, ses forces et à quel point il souhaite contacter une personne.

2. Désensibilisation à la corde de plomb / réduction de la sensibilité à la corde / corde

objectif: Être capable de lancer la corde sur, sous et autour de n’importe quelle partie du corps du cheval sans lui faire montrer des signes de peur, de nervosité ou de désir d’échapper au stimulus.

Pourquoi: Cet exercice commence le processus de réduction de la sensibilité du cheval à de nombreuses choses différentes (mangeurs de chevaux, par exemple).

Mais pour continuer à travailler avec peurs de cheval, vous devez d’abord vous assurer qu’elle n’a pas peur de vous et de vos outils de travail – cordons, bâton, licol.

Si le cheval a peur de vous et de l’équipement, il ne pourra jamais apprendre la leçon que vous lui donnez, car le cheval sera constamment sous contrainte

3. Désensibilisation au bâton et à la ficelle / désensibilisation au bâton / Shambarrier

objectif: Pouvoir toucher le cheval avec le bâton absolument partout, sans lui causer de nervosité, ainsi que l’envie de brosser ou de s’éloigner.

Pourquoi: Lorsque le cheval est à l’aise avec la corde qui touche n’importe quelle partie de son corps, le bâton peut être déplacé.

Souviens-toi des chevaux déteste les objets inconnus

Tout ce que le cheval ne connaît pas et ne connaît pas lui semblera hostile

Les objets qui bougent et émettent des sons apparaîtront particulièrement hostiles. Donc, votre travail en tant qu’entraîneur est de réduire la sensibilité du cheval à autant de ces objets que possible.

Le bâton bouge, il peut émettre des sons (frapper le sol, par exemple, ou le balancer près du cheval), mais en même temps il reste un objet idéal pour amorcer le processus d’habituer le cheval aux possibles « mangeurs de chevaux »

Commencez avec le bâton, puis attachez-y le sac, lorsque le cheval ne montre pas la moindre inquiétude, passez à des objets plus complexes.

Comment:

  1. Première étape: caressez le cheval avec un bâton, grattez son front, marchez sur ses jambes, son ventre, son aine. Maintenant, vous ne faites que présenter le cheval au bâton.
  2. Deuxième étape: touchez le sol. Frappez le sol avec le bâton, gardez le rythme, si le cheval s’éloigne, déplacez-vous avec lui. N’essayez jamais de le maintenir en place! Puis répétez de l’autre côté. N’arrêtez pas de frapper jusqu’à ce que le cheval cesse de s’inquiéter de ce qui se passe. Une fois qu’elle s’est arrêtée et détendue, grattez son front et laissez-la seule pendant quelques minutes.
  3. Troisième étape: frapper le sol devant et derrière le cheval. Ne passez à cette étape que si le cheval fait parfaitement les précédentes!

Il est très important de se souvenir des signes de relaxation lors de cet exercice!

Le cheval est détendu si:

1. Tête en bas

2. Lèche les lèvres

3. Clignote comme s’il s’endormait

4. Détend et place la patte arrière sur l’orteil

5. bâille

Si votre cheval présente un ou plusieurs de ces signes, la pression peut être soulagée et l’exercice arrêté.





Source link